Aurevoir 2015, bonjour 2016!

2015 a été pour moi une année bien remplie, riche en émotions, en voyages et en changements, c’est certainement l’année où il s’est passé le plus de choses dans ma vie! Mais c’est sans regret ni nostalgie que j’entame 2016!

En 2015, j’ai soutenu ma thèse et obtenu mon doctorat, quel soulagement après des années de recherche, enrichissantes mais épuisantes et des mois interminables de rédaction! Je suis finalement arrivée au bout de ces 164 pages de manuscrit et 2h45 de soutenance! Je suis également arrivée au bout du cursus ‘scolaire’ français, je ne suis plus étudiante!

Diplôme en poche, j’ai quitté les Alpes, ces montagnes que je retrouve avec plaisir pour les vacances mais qui m’ont donné pendant 4 ans un sentiment d’enfermement, d’étouffement, pas facile pour moi, habituée à la mer et à l’horizon de vivre dans cette vallée! Je suis revenue au bord de la mer, loin des montagnes, et je suis passée de l’autre côté de la barrière, le temps d’un post-doc, je continue mes recherches mais avec beaucoup moins de pression et beaucoup plus de libertés. J’encadre des thésard et surtout j’enseigne pour de vrai, du cours magistral aux rattrapages, en passant par les TP, je prend en charge mes enseignements dans leur globalité et ça me plait! (Peut etre au grand désespoir de mes élèves…)

image

image

En 2015, MrLepoux et moi avons aussi beaucoup voyagé, nous avons commencé l’année à Prague, puis nous sommes partis 3 semaines au Japon, en rentrant nous avons décidé de se calmer sur les voyages et d’économiser mais les voyages sont addictifs, on en est drogués et nous voilà dans l’avion début septembre pour 1 semaine de repos à Marrakech, nous avions besoin de nous ressourcer après le déménagement et nos changements de jobs respectifs.

image

Un joli souvenir gustatif du Japon!

Puis fin octobre, la plus belle des nouvelles est arrivée, après plusieurs jours de nausées, un matin je fais un test de grossesse, en attendant que le résultat s’affiche, je commence à me préparer pour aller au travail, et alors que j’étais entrain de me brosser les dents, je jette un oeil sur le batonnet : il affiche « enceinte », ma première réaction est d’appeler MrLépoux à travers le mur de la salle de bain, il dort encore et j’ai du réveiller tout l’immeuble « viens vite, viens vite! », je ne sais pas pourquoi j’avais peur que l’écran du test s’éteigne ou change d’avis… puis les larmes, les rires, l’inquiétude, les rendez-vous médicaux, les échographies avec à chaque fois une petite boule au ventre, et finalement la joie voir ce petit haricot qui grandit, qui gigote, mon ventre qui avance et l’amour… c’est incroyable ce sentiment que l’on peut ressentir en regardant ces échographies, parfois pas très nettes, souvent pas très jolies mais qu’on trouve infiniment belles. Je n’ai pas été très présente ensuite ici car il faut l’avouer, même si je suis très heureuse de ma grossesse, j’en ai bavé, j’ai vite du arreter de travailler, j’ai été très fatiguée et affaiblie. J’ai un peu délaissé mes activités et gardait le peu d’énergie que j’avais pour MrLepoux et pour sortir un peu prendre l’air. Mais maintenant je vais mieux, je reprend des forces et retourne au travail lundi.

image

A suivre... l'avancée du bidou!

Voilà, 2015 s’est terminée en beauté et annonce une année 2016 tout aussi riche et pleine de nouvelles aventures! Nous acceuillerons bébé haricot début juillet, le jour de mon anniversaire en théorie! Nous continuerons à voyager tant que cela nous est possible, d’ailleurs, on retourne à Prague dans 15 jour, je présente mes travaux de recherche à une conférence. Et ensuite on improvisera, peut être des longs week-ends en France, j’aimerais voir le Mont Saint-Michel, la dune du Pila, la Corse, Monaco, les chateaux de la Loire, je retournerais bien à Grasse… et surtout, il me tarde de partir en voyage avec bébé haricot, on veut lui faire découvrir le monde, d’autres cultures, d’autres façons de vivre car pour nous les voyages sont certainement la meilleure école de l’ouverture d’esprit!

Sur ce, je vous souhaite une belle année 2016, pleine d’amour, de découvertes et d’aventures!

Ma vision du travail vs. celle de ma Mamie!

Ma mamie et moi on a 52 ans d’écart et du coup on n’a pas toujours la même vision des choses. Elle comprenait pas bien pourquoi je partais en voyage de noces à l’autre bout du monde, en Nouvelle-Zélande, qui sait quels autochtones on peut y croiser? Et puis ils parlent anglais et on ne mange pas pareil! Pourquoi est-ce qu’on n’a pas choisi les châteaux de la Loire? C’est beau le châteaux de la Loire vous savez! Et puis dans la Loire ils mangent presque la même chose que nous, et si jamais on est malade on peut aller chez le médecin et ce sera quand même remboursé par la sécu (si si, ça marche dans les autres départements, je l’ai demandé à ma doctoresse l’autre jour).

R_P1060533Bref… à la fin de la semaine je serais officiellement docteur et… chômeuse. Ma mamie elle est très fière de dire à ses copines de gym que je suis doctoresse (elle aime bien ce mot, moi non), que je vais aux États-Unis à des conférences où je présente mon travail à des centaines de personnes (oui c’est plutôt des dizaines en fait…) etc. Et là elle aimerait bien dire que je suis devenue directrice ou n’importe quoi d’autre mais pas chômeuse! Alors à chaque fois que je l’ai au téléphone elle me demande si j’ai du travail et si on m’a proposé quelque chose. Elle me dit qu’elle a entendu aux infos qu’on cherchait des ingénieurs là-bas… oui mamie des ingénieurs en bâtiment, pas en électronique!

Et puis je lui ai dit que j’avais droit au chômage pendant  2 ans alors je prendrai le temps de trouver ce qui me plait! J’ai alors croisé le même regard d’incompréhension que pour la Nouvelle-Zélande… « Mais tu ne vas quand même pas refuser du travail si on t’en propose?! » … Mais non bien sur mamie ne t’en fais pas!

En fait si mamie, je ne te l’ai pas dit mais moi je ne veux pas faire comme papi et toi, je ne veux pas faire un travail juste pour gagner des sous, je veux faire un travail où j’apprendrai chaque jour un peu plus, un travail qui m’amusera parfois, un truc qui me plait quoi! Et puis tu sais aussi mamie, il se peut que dans 5 ans je change de travail, que je démissionne de mon CDI (sacrilège!), que je déménage, pour un nouveau travail qui me plaira encore plus, oui je prendrai le risque de perdre ce que j’ai, même si tu m’as toujours répété « qu’on sais ce qu’on perd mais on ne sait pas ce qu’on gagne! ». Peux-être même que j’irais travailler aux Etats-Unis ou dans un autre pays où ils ne mangent pas comme nous! Mais c’est bien mamie tu sais, on découvre de nouvelles choses, le petit déjeuner par exemple, tu sais c’est très bon finalement le bacon le matin! Mais ne t’inquiètes pas mamie, je serais quand même là pour Noël!

Bon par contre maintenant il faut aussi que je lui dise que dans 2 mois on part 3 semaines au Japon…

Je soutiens ma thèse dans 4 jours!

Les anglais ‘défendent’ leur thèse de doctorat, nous on la ‘soutient’, c’est une question de point de vue! Bon comme je ne fais pas un doctorat de philiosophie (bien que là encore, en anglais j’aurai le titre de Philosophiae Doctor ou PhD), je ne vais pas procéder à une analyse visant à déterminer s’il vaut mieux ‘soutenir’ ou ‘défendre’… Mais si vous vous êtes posé la question, je veux bien vos conclusions!

Bref toujours est-il que dans 4 jours je soutiens ma thèse! Je me suis toujours demandée à quoi allait ressembler ce moment, si j’allais avoir ce sentiment de libération une fois les délibérations terminées, si j’allais stresser à mort les semaines d’avant, arriver à ma soutenance avec des cernes pas possibles parce que j’aurai passé mes nuits à relire mon Power Point…

Et en fait, pour le moment, je ne stresse pas, je dors très bien et je n’ai pas relu mon power point, d’ailleurs je n’ai pas terminé de le corriger! Finalement le sentiment de libération, le stress et tout ça c’était plutôt pour la remise de mon manuscrit. Ma soutenance, je la vois plus comme une formalité nécessaire mais non suffisante.

Mon seul soucis, et là je vous lance un appel à l’aide, c’est comment réussir à parler durant 45min a un rythme soutenu et suffisamment fort pour être entendue jusqu’au dernier rang sans perdre ma voix? J’ai fait 2 répétitions et à chaque fois le même problème s’est posé, à la fin j’ai les cordes vocales serrées et les mots ont du mal à sortir!

Bon alors, pour info : non je ne peux pas m’arrêter ni pour boire ni pour respirer, je dois résumer 3 ans de doctorat en 45min + ou – 2 maxi et chaque seconde compte! 🙂 Et puis ce serait trop facile pour les gens qui m’écoutent si je leur laissais à eux aussi le temps de faire une pause!

Si il y a parmi vous des chanteuses, des enseignantes ou des plus douées que moi, aidez moi please!